Coaching : un accompagnement vers ses potentialités

« Grâce au travail de coaching individuel que j’ai réalisé avec mon coach, j’ai ouvert le champ de perception des problématiques humaines (…). J’ai trouvé des solutions que j’ai construites en fonction de ma personnalité. Aujourd’hui, je me connais mieux et j’intègre mes collaborateurs en tant qu’individus. J’élabore mes solutions de manière autonome ».

 

Le témoignage de ce manager donne le ton de ce que peut être le coaching dans les organisations : un processus d’accompagnement qui permet à un individu, ou une équipe, d’atteindre des niveaux de potentiels plus élevés. Combien de fois ai-je entendu une personne que j’accompagnais me demander mon avis et mes recommandations ? Vous ne les aurez pas. Nous devons le répéter sans cesse, le coaching n’est pas du conseil, ni du mentorat.

 

Là où le consultant apporte sa connaissance et son expertise du domaine d’intervention, le thérapeute sa connaissance de la psyché et des comportements humains, le mentor son expérience, le coach a une position différente : il crée un espace infini, intuitif et de confiance dans lequel chacun va pouvoir s’exprimer librement, changer son regard, découvrir ses ressources, ses talents et oser.

 

Un peu d’histoire

 

Le coaching est apparu aux États-Unis au début des années 1960 et prend sa source dans la cybernétique – la science qui étudie les mécanismes de communication et de régulation dans les machines et les chez êtres vivants -, l’école de Palo Alto – qui a développé la théorie de la communication et de la relation entre les individus - et le New Age – une approche individuelle et éclectique de la spiritualité.

 

Cette pratique s'est développée dans le monde de l’entreprise au début des années 1980, abordant les problématiques rencontrées par les dirigeants et leurs managers, s’inspirant des grands concepts des sciences humaines. Aujourd’hui, elle tend à se professionnaliser et se constituer autour de professionnels certifiés bien que l’offre puisse encore manquer de clarté.

 

Etymologiquement, le terme anglo-saxon « coach » est une dérive du mot français « cocher » issu lui-même du mot « kocsi » en hongrois qui signifie Diligence. Le « cocher » conduisait les voyageurs à leur destination. Une belle transition. Le coach professionnel est un accompagnateur, un motivateur, un révélateur, un partenaire de confiance ou encore un inspirateur. Il fait preuve d’une attitude bienveillante portée par des valeurs de confiance, de respect, de non jugement, d’ouverture d’esprit, d’humilité et de congruence ainsi que par des savoirs être relationnels.

 

Le coach facilite l’apprentissage et le développement individuel ou collectif, aide à comprendre la complexité de chacun par l’analyse, la réflexion sur soi, la prise de conscience de ses propres capacités, l’engagement vers l’action et tout particulièrement vers l’atteinte d’objectifs dits SMART : spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis.

 

En réalité, nous ne créons pas le changement, nous créons les conditions bienveillantes pour que le changement opère.

 

Pas de commentaire.

Leave a Reply